Tatouages et tatoués !

Cela fait un petit moment que je me tâtais pour écrire un article sur les tatouages. Le tatouage fait partie de ma vie et a une place importante. Véritable phénomène de mode, tradition dans certaines cultures ou réelle envie de se démarquer, que l’on aime ou que l’on aime pas, toujours est-il que le tatouage est partout ou presque. Le nombre de personnes tatouées est en constante augmentation. Impossible donc, de ne pas y être confronté. Je vais partager avec vous mon ressenti.

Ma vision du tatouage.

Pour moi, le tatouage est, comme je vous l’ai dit, extrêmement important. Il a tenu et tient encore une place importante. Et pour cause : Papa Goupil a exercé ce métier, en studio, durant 5 ans. Durant ces années là, nous avons rencontré beaucoup de personnes, venues se faire tatouer, partager avec nous un court instant de leur vie, et nous raconter l’histoire du tatouage que mon mari leur faisait. Car oui, chaque tatouage a une histoire. Il représente quelque chose d’important, symbolise une personne, un moment important d’une vie, le passage d’un cap et ils servent, toujours, à se souvenir. A se souvenir non pas de l’acte, mais du souvenir qu’engendre ce tatouage, un peu pour nous rappeler, des années plus tard, par quel chemin nous sommes passé, et voir la distance parcourue. Ne soyez jamais plein de préjugés sur les personnes tatouées, estimez-vous au contraire plutôt chanceux : Ils partagent un peu de leur histoire, de leur vie, avec vous. Libre à vous de chercher à connaître leurs histoires ou à continuer votre chemin.

ap,550x550,12x16,1,transparent,t.u2

Pour ma part, je trouve que regarder les personnes qui m’entourent, tatouées ou non, c’est un peu comme entrer dans une librairie. Certains livres ont des couvertures excentriques, pleines de dorures ou de fioritures. D’autres en revanche, sont plus simples, plus classiques. Toujours est-il que ces couvertures sont la première impression que l’on aura sur un livre. Il n’appartient qu’à nous de le lire ou de ne pas lui prêter attention. A mon sens il en va de même avec les personnes tatouées. A travers leurs tatouages, c’est un petit bout de leur histoire qui transparaît sur leur épiderme, et c’est à nous de choisir si nous y prêtons attention ou non. Dans le cas du livre ou de la personne, cela ne change rien au contenu si je puis dire. Un livre à la couverture chargée n’est pas forcément plus intéressant qu’un livre classique, et une personne tatouée n’est pas plus intéressante ou moins intéressante qu’une personne non tatouée. Nous sommes seuls aptes à juger. Mais attention, l’habit ne fait pas le moine, et il y a très souvent de jolies découvertes à faire, lorsque l’on passe outre les préjugés, qui sont encore présents. Credit photo LeViking.com.

Dermographe-2-650x327

Mon expérience personnelle.

Je suis tatouée à plusieurs endroits du corps, et j’ai commencé à mes 16 ans, l’âge minimum légal. Mamie Goupil devait être présente et a signé plein de papiers. J’avais fait un petit diablotin, que j’ai fait recouvrir depuis. Comme quoi, il faut vraiment bien réfléchir avant de se lancer ! Ensuite, j’ai continué avec le dos, le poignet, les pieds … Ils sont tous relativement simples à dissimuler, en cas de nécessite absolue, mais j’avoue préférer les laisser visibles. J’aime mes tattoos, j’en suis fière et j’estime ne pas avoir à les cacher. Ceux qui n’aiment pas n’ont qu’à détourner le regard. Ces tattoos ne font pas de moi quelqu’un de non fréquentable, ils font partie de moi, de ma vie. Ils symbolisent des instants clé de ma vie. Qui renoncerait à son passé, à sa vie, à ce qu’il est, juste pour le regard de parfaits inconnus ? Personne.

691e92c797bf80552e76e63ab80391cc

Je vais vous partager quelques uns de mes tatouages, pas tous, mais les plus significatifs pour moi, sans doute aussi les plus colorés. Les 2 premiers sont sur mes pieds : L’attrape rêve est sur mon pied droit, et le hibou est sur le pied gauche. Ces tatouages ont été réalisés par Papa Goupil. Ensuite, vient mon poignet, qui avait été raté par un mauvais tatoueur, et qui a été recouvert très récemment par une artiste tatoueuse d’exception. Et rassurez-vous, dans le temps, les tattoos, ça vieilli très bien :

Mon recouvrement poignet

De l’acte marginal à la démocratisation, ou l’évolution des mentalités.

Il y a encore quelques décennies, le tatouage restait un acte marginal, souvent mal perçu. Souvent et aussi à tord, il était associé aux loubards, taulards et fait  par des tatoueurs exerçant dans des caves insalubres. Voilà le tableau qui en était souvent fait, et que, hélas, certaines vieilles mentalités entretiennent encore. Fort heureusement, ces préjugés souvent archi faux sont révolus, et être artiste tatoueur aujourd’hui est un véritable métier, de plus en plus encadré et mis en avant. La règlementation sur le sujet est de plus en plus encadrée, suivie, contrôlée et se faire tatouer est désormais un acte banal, à la portée de tous. Attention cependant ! Je parle de se faire tatouer par de véritables artistes tatoueurs, en studio, pas par le copain de la copine du frère de la cousine de la voisine qui a acheté un kit de tatouage sur internet made in Hong Kong et qui va tatouer avec des encres sorties d’on ne sait où et qui sont souvent hyper toxiques ! Quand vous allez au supermarché, vous n’allez pas acheter des aliments périmés ou moisis sous prétexte qu’ils sont moins chers, car vous savez que vous serez malades ben le tatouage c’est pareil. Après, si vous vous êtes fait tatouer par des tatoueurs à domicile ou autre, et que ça s’est bien passé, tant mieux pour vous ! Je ne vous juge absolument pas. Sachez juste que c’est illégal, et qu’en cas de problème, vous n’aurez que peu de solutions de replis. Mais je me répète : CHACUN FAIT CE QU’IL VEUT ET AGIT EN SON ÂME ET CONSCIENCE  ! D’ailleurs, aller en studio n’est pas toujours gage de qualité non plus ! C’est la raison pour laquelle il faut vraiment bien choisir son tatoueur. Il faut choisir avec attention et minutieusement l’artiste qui va nous encrer. Car après tout, il va encrer notre peau, insérer un corps étranger dans notre épiderme. Le tatouage, devenu banal oui, mais anodin, jamais !

Panneau 1

D’autant qu’ aujourd’hui, les studios de tatouages sont nombreux et les artistes tatoueurs ne manquent pas pour vous proposer des tatouages dans des styles bien différents. La meilleure façon de bien choisir son studio reste le bouche à oreille. N’hésitez pas à aller directement en studio, rencontrer ces artistes. Il doit y avoir un feeling avec l’artiste, vos univers doivent correspondre, bref, vous devez vous sentir en confiance. Les réseaux sociaux sont aussi de véritablse mines d’or. La plupart des studios ont un compte Facebook, Twitter ou Instagram, et mettent en ligne leurs œuvres. Une façon rapide et simple d’avoir un aperçu de la qualité de leur travail. Pour ma part, je préfère me déplacer et discuter avec les tatoueurs. Rien ne remplace le visuel. Après bien sûr, il y a les artistes tatoueurs connus, qui ont su faire parler d’eux grâce aux conventions de tatouages, les réseaux sociaux ou même la télévision, au travers d’émissions axées sur le tatouage. Là en revanche, il faut être patient, leur agenda est souvent rempli sur plusieurs mois. Mais quand on aime le style d’un tatoueur en particulier, et que l’on souhaite uniquement cet artiste là, il faut ce qu’il faut !

i-love-my-tattoo-artist

Et maintenant, parlons d’un sujet qui fâche : Le prix. Un tatouage a un certain coût. Et ce, pour plusieurs raisons : Le prix du matériel, pour commencer. Les machines, les encres, les jetables à usage uniques, tout ceci a un coût. Et croyez moi, c’est pas donné. Bon matos, bon tattoo, matos pourris, tattoo pourris. Et les artistes tatoueurs ne regardent souvent pas à la dépense pour pouvoir exercer dans des conditions optimales. Rajoutons à cela les cotisations, le loyer du studio, son entretient ( eau, électricité, ménage … ), les déplacements en conventions, parfois à l’étranger et tout ce que j’oublie … Ben en effet, ça chiffre vite. Puis, il y a le prix du boulot, hein, le tatoueur ne va pas exercer son art juste pour payer les factures, il faut aussi, comme nous tous, qu’il gagne sa croûte ! Pour ma part, j’estime qu’il y a un juste milieu quand même. En théorie, le prix va pouvoir dépendre de plein de choses : Taille du tatouage, complexité, localisation … Mais toujours est-il qu’avant de vous tatouer, un tatoueur vous donnera toujours un devis, que vous acceptez ou non, ça, c’est votre problème. Gardez en tête que ce n’est absolument pas le prix qui doit motiver ou non votre démarche. Soyez davantage attentif aux tatoueurs eux même : Leur réputation, l’hygiène, la qualité du travail et le feeling, ce sont à ces éléments là auxquels vous devez être attentifs et extrêmement vigilants. Ensuite, si le prix ne vous convient pas, n’hésitez pas à aller en voir d’autres. On a cette chance formidable d’en avoir beaucoup de nos jours, alors autant en profiter !

En bref.

Un tatouage, ce n’est jamais un acte anodin. Il doit être réfléchi, longuement, et l’artiste tatoueur doit être choisi avec minutie. Pour ma part, je suis déjà tatoué à plein d’endroits, et je ne compte pas en rester là. Je suis tombé dans la marmite et je suis devenue accro ! Je compte cependant rester raisonnable, et chacun de mes tattoos a été réfléchi ( ou presque) et est assumé. C’est un peu de mon histoire que je partage avec les inconnus, et je suis fière lorsque l’on me dit que mes tattoos sont beaux ou que l’on me demande leur signification. Je sais que cet article est un peu long, et je vous avoue que je ne pensais pas le faire si long ! Mais on cause on cause et puis voilà …

En tous cas, je vous dis à tous à très bientôt, et je vous souhaite une très belle journée !

3 comments

  1. bunnens says:

    j aime beaucoup votre blog ainsi d autres photos sur lesquels vous avez partagez vos photos de familles et cadeaux .je participe à tout mais je gagne jamais rien bne suite à vous bne fin de jrnee g bunnens

  2. elina bll says:

    Bonjour, je suis complètement en accord avec votre opinion. Il ne faut pas faire de tatouage juste par mode, il faut que ça soit bien réfléchi

  3. SEB says:

    Les tatouages, c’est comme une histoire, ca raconte une histoire. Ceux qui n’aiment pas n’ont qu’à pas regarder.

Laisser un commentaire